Après s’être servi de ses clients comme cobayes, un chirurgien se fait poursuivre en justice

Il arrive souvent que des personnes abusent de leur profession pour profiter de leurs clients. Mais parfois, ce sont les personnes auxquelles on s’y attend qui font ce genre de pratique.

apres-setre-servi-de-ses-clients-comme-cobayes-un-chirurgien-se-fait-poursuivre-en-justice
©Antena 3
publicité

Pour cette fois, c’est un chirurgien qui abuse de la confiance de ses clients. Et malgré les preuves qui jouent contre lui, le médecin en question ne semblait pas être conscient de la gravité de sa situation. Devant le tribunal, l’une de ses victimes avait présenté une preuve flagrante.

publicité

Un chirurgien de Gap passe à la une des journaux !

C’est en 2018 que l’histoire est dévoilée aux médias. C’est Raouf Hammami, un chirurgien, qui dévoile les manigances de l’un de ses confrères, Gilles Norotte. Après avoir remarqué des comportements peu professionnels, celui-ci décide de tout dévoiler à la direction de l’hôpital. Après cela, le principal concerner et ceux qui l’ont aidé passent en conseil de discipline. Et quelque temps après, Gilles Norotte a été limogé.

Bien que Raouf Hammami a pris du temps avant de dénoncer le méfait, son acte a pourtant été félicité et il lance une alerte. Et après que l’affaire ait été dévoilée aux médias, Gap tout entier ne fait que d’en parler. Après tout, les manigances du chirurgien ont duré pendant plus de 4 avants, avant d’être découvertes. Mais si vous êtes passé à côté de ce scandale, ne vous en faites pas, car nous allons vous donner les détails dans notre article.

publicité

Le professionnel reste convaincu du bien-fondé de sa méthode !

Ce sont nos confrères du magazine Egora qui nous relatent les faits concernant cette histoire. Selon ces derniers, le chirurgien aurait « injecté du ciment acrylique dans les disques intervertébraux de ces patients. » Et cela, il l’aurait fait sans éprouver le moindre scrupule ni de remords. Pour lui, il s’agit simplement de « soins courants » dont la pratique ne présente aucun risque.

publicité

Il fait en sorte que ses actes soient minimisés. D’ailleurs, il continue de croire que ce qu’il a fait n’a transgressé aucune règle. Le chirurgien ajoute même qu’il « assume parfaitement les choix thérapeutiques dans l’intérêt des patients. » Plus que jamais, son devoir était de « soulager la douleur ». En ces temps de pandémie, les opérations étaient annulées en masse. Mais lorsque l’un de ses patients s’est présenté devant un tribunal avec des complications, il ne savait plus quoi rependre.

publicité

Valentin Delepaul

Rédactrice web, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.