Attention, une arnaque à la baguette s’installe actuellement dans les boulangeries! Méfiez-vous

Il faut avouer que les arnaqueurs ne manquent vraiment pas d’idée et d’ingéniosité. Arnaque après arnaque, leur méthode devient de plus en plus précise et infaillible.

attention-une-arnaque-a-la-baguette-sinstalle-actuellement-dans-les-boulangeries-mefiez-vous
©elwassat
publicité

Décidément, les malfaiteurs ne se privent vraiment d’aucun moyen pour réussir à nous voler. En effet, ces derniers trouvent toujours différentes manières de nous mener en bateau. Récemment, c’est une boulangerie que ces derniers prennent pour cible. Les boulangers et pâtissiers ardéchois ne sont plus à l’abri, et surement vous aussi. Découvrez cette nouvelle forme d’arnaque à la baguette.

publicité

Des boulangers alertent les autorités sur cette nouvelle forme d’arnaque !

C’est le quotidien régional qui a pu recueillir le témoignage des premières victimes de cette nouvelle tromperie ou aranque. Ces derniers dévoilent alors les démarches entreprises par les malfaiteurs afin de nous mettre en garde. Selon leur explication, les victimes ont reçu un appel provenant d’un central d’achat alimentaire. Mais en réalité, ce sont les arnaqueurs qui sont derrière ce coup de fil.

Ces derniers se font alors passer pour de gros acheteurs potentiels. Après avoir convaincu la victime de l’arnaque, ces derniers passent alors une commande d’un millier de baguettes sur une année. Étonnée par le volume de la commande, la victime demande alors la destination de tant de baguettes. À cela, les malfaiteurs répondent que c’est pour un marché public. Après avoir conclu les termes de l’achat, les soi-disant acheteurs demandent qu’une grosse production journalière doive être suivie. Et que pour la livraison, ils allaient s’en occuper.

publicité

Un transfert d’argent qui n’a pas été fait !

Mais pour clore totalement le contrat et l’arrangement entre les acheteurs et le boulanger, les voleurs vont user de leur malice pour l’arnaque. En effet, ils présenteront un chèque de 3 900 euros, mais il s’agit bien évidemment d’un faux. Une somme qui correspondrait aux frais de dossier et de préparation, en leur disant qu’en contrepartie, ils recevraient un chèque bancaire certifié à déposer à la banque.

publicité

C’est ce qu’explique en tout cas Christian Martin, vice-président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF). Une fois que la victime transfère donc la somme convenue à la place du chèque, le piège se refermera aussi tôt elle. En effet, le boulanger aura donc concédé son argent contre un faux chèque. Et ce ne sera qu’après avoir découvert cette arnaque qu’il se rendra compte que la centrale d’achat alimentaire n’existe pas du tout.

publicité

Cynthia Lahoma

Passionnée des mots et de la cuisine, j'écris sur tous les sujets. En suivant mon parcours, vous découvrirez d'ailleurs toutes les dernières actualités en temps et en heure !