Comment mieux préserver sa thyroïde ?

On entend souvent parler de la thyroïde, mais en réalité on ignore ce que c’est. On vous dévoile tout, son fonctionnement

thyroïde 
publicité

On entend souvent parler de la thyroïde, mais en réalité on ignore ce que c’est. Aussi vous dévoile tout, son fonctionnement, ses rôles et ses fonctions, sur cette petite glande à travers l’article.

publicité

On entend par thyroïde la petite glande située sous la pomme d’Adam. Elle permet principalement de contrôler le métabolisme de l’organisme, utile dans la préservation des activités vitales. En sachant booster le métabolisme fondamental assurant les différentes fonctions de l’organisme, elle peut également le réduire, notamment par crainte d’accumulation d’énergie.
La thyroïde représente une grande influence sur plusieurs activités du corps, dont la température, poids, humeur, système neuroendocrinien, croissance, fonctionnement cardiaque, métabolisme des os, transit intestinal, etc… Chaque cellule constitutive des tissus de l’organisme détient ses récepteurs d’hormones thyroïdiennes respectifs.

Quelles sont les principales hormones thyroïdiennes ?

Les hormones thyroïdiennes sont produites à partir de l’hypophyse. Il s’agit d’une glande endocrine fixée à la base du cerveau. D’abord, on a l’hypothalamus qui sert de stimulant pour l’hypophyse via l’hormone thyréotrope. Ensuite, cette dernière sécrétera une autre hormone appelée thyréostimuline.
Puis, elle atteindra la glande thyroïde (TSH) pour assurer la production des hormones thyroïdiennes. D’une part, il y a la tétraïodothyronine, aussi appelée T4 ou thyroxine. Elle représente une grande partie de la sécrétion. D’autre part, il y a la triiodothyronine ou T3. Avec une forme dite « active », elle est secrétée en plus petite quantité.

publicité

Le foie par exemple est un organe nécessaire au bon fonctionnement thyroïdien de par ses différentes fonctions, à savoir l’activation de la triiodothyronine (T3). En effet,  la thyroxine ou T4 sera conduite vers le foie pour se transformer en T3. Précisément, un foie en bonne santé permet à la thyroïde de bien exécuter ses missions.

Les hormones thyroïdiennes déclenchent ainsi toutes les étapes du métabolisme, à citer la production importante de chaleur, combinaison des protéines, composition et usage des glucoses, catabolisme des lipides voire l’emploi de l’oxygène au niveau des tissus. Il faut savoir que la quantité d’énergie libérée par le corps varie selon la conversion de la T4 en T3 et l’aptitude des autres cellules à absorber cette dernière.

Même en renvoyant seulement à la disposition fonctionnelle de la thyroïde, la T4 est aussi bien d’une grande importance. Mais en plus des deux hormones, la thyroïde produit également une tout autre hormone appelée calcitonine. Comme fonction principale, elle équilibre le calcium et le phosphore dans le corps humain. Contrairement à la T3 et T4, elle fonctionne uniquement en cas de taux de calcium et de phosphore élevés.

Comment décrypter un mauvais fonctionnement de la thyroïde ?

Il arrive que notre glande thyroïde ne fonctionne pas correctement. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ce dysfonctionnement. Mais les plus courants sont surtout l’insuffisance des oligo-éléments, les fausses diètes, les inflammations, le stress voire la confrontation aux éléments néfastes.
Les hormones devront effectivement être produites à un stade moyen. Un surplus d’hormone marque l’hyperthyroïdie tandis qu’un manque de sécrétion mène à une hypothyroïdie. Quoi qu’il en soit, ces deux conditions peuvent provoquer l’enflement anormal de la thyroïde appelé goitre.

D’autres maladies peuvent également affecter cette glande comme les inflammations récentes dues aux microbes, aux toxines voire aux erreurs médicamenteuses ou les inflammations chroniques engendrant une pathologie auto-immune, des nodules voire des tumeurs. L’hypothyroïdie est, soit congénitale, soit acquise (affection au niveau hypothalamaire, hypophysaire ou les deux en même temps).

L’hypothyroïdie est plus fréquente chez la femme. En plus d’un excès de poids, elle provoque aussi une teneur excessive en lipides du sang (lipidémie) par les triglycérides, les mauvais cholestérols et une protéine connue sous le nom de CRP marquant l’inflammation. Par ailleurs, quand tout procédé parait aller plus vite, il s’agit de l’hyperthyroïdie.

Elle est généralement marquée par la température du corps, la perte excessive de poids, la fatigue physique, la diarrhée, les palpitations, le stress, l’anxiété voire les insomnies. Aussi, il arrive souvent qu’une exophtalmie se produise. Il s’agit effectivement du mouvement rapide du globe oculaire marquant sa volonté à sortir de l’orbite. Mais il se peut également que le taux d’hormones thyroïdiennes s’élève sans que l’activité de la glande thyroïde ne soit activée. Ce phénomène particulier s’appelle thyrotoxicose.

Quels sont les éléments essentiels au bon fonctionnement de la thyroïde ?

L’iode et la tyrosine (acides aminés)
En cas de manque d’iode ou de tyrosine, la glande thyroïde ne sera pas capable de produire la quantité d’hormone nécessaire et demandée par le corps humain. De ce fait, le tissu thyroïdien va augmenter de volume. Ce qui entraîne les masses à l’origine de la maladie pathologique connue sous le nom de goitre.

Le Sélénium

Il s’agit d’un antioxydant indispensable à la fonction de la thyroïde. La glande en soi est formée d’une grande quantité de sélénium par rapport aux autres organes du corps humain.

Le zinc

Un apport insuffisant de zinc est couramment constaté en cas de mauvais fonctionnement de la glande thyroïde (hypo/hyperthyroïdie). En effet, le taux de zinc dans la circulation sanguine permet de vérifier quand un soin à base d’hormones thyroïdiennes est nécessaire.

Le cuivre

Le cuivre est un oligo-élément essentiel à la sécrétion de TSH et T4 en petite quantité. Le manque en cuivre apparait uniquement en cas d’un taux en T4 très réduit.

Le fer

S’il arrive à ce qu’en plus des troubles thyroïdiens se produise un manque en fer, la quantité d’iode ne pourra pas remédier seule au mauvais fonctionnement de la glande thyroïde. Ainsi, il faudrait également surmonter la carence en fer. En effet, l’enzyme peroxydase de la thyroïde est fer-dépendante. D’ailleurs, plusieurs articles scientifiques montrent qu’une anémie jointe à un manque de fer serait causée par une activité thyroïdienne diminuée.

Les vitamines B

Les vitamines B, à citer les vitamines B2, B3 et B6, contribuent considérablement dans la sécrétion de l’hormone thyroïdienne T4 ainsi que dans sa conversion en T3. Il est tout de même à noter que l’usage des contraceptifs sur voie orale pour provoquer l’appauvrissement de ces vitamines.

publicité

Les antioxydants

Le stress oxydatif s’avère la principale source des maladies et c’est pourtant réciproque. Ce genre de stress ainsi qu’un trouble inflammatoire accéléré parviennent à stimuler des dysthyroïdies. Elles peuvent résulter des dégâts dus aux radicaux libres ou des inflammations affectant un autre organe.

publicité

Anna

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 5ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .