Françoise Hardy se confie comme jamais sur la terrible épreuve de sa vie!

Se préparer à la fin n’est jamais facile. Ni pour soi, ni pour nos proches.

francoise-hardy-se-confie-comme-jamais-sur-la-terrible-epreuve-de-sa-vie
©Zikeo
publicité

Depuis quelques temps, Françoise Hardy, la célèbre chanteuse et femme de Jacques Dutronc, attire l’attention de tous ! Elle a un terrible cancer et cela a bouleversé sa vie. Douleur et souffrance remplissent actuellement ses jours. Elle témoigna : « Je passe vraiment par une période extraordinairement difficile. Parce que quand vous n’avez pas de salive, vous ne pouvez pas vous alimente normalement, vous ne pouvez pas vivre normalement ».

publicité

Une maman bienveillante malgré son état.

Au cas où son état se dégraderait, Madame Dutronc a décidé de rédiger son testament et l’a notarié. « Avec l’aide de mon notaire », a-t-elle avoué chez Technikart, « j’ai rédigé mon testament il y a quelques années. J’espère laisser à Thomas de quoi payer les frais de succession exorbitants qui lui seront réclamés. Ainsi que les charges qu’un studio et un appartement où habitent de très proches amis lui coûteront ».

Françoise Hardy : ce n’est plus une vie !

Si actuellement, pour lutter efficacement contre la pandémie de coronavirus, la vaccination est indispensable voire obligatoire, Françoise ne s’était pas faîte vacciner pour des raisons médicales. « A la suite de mes chimios de 2015, je n’ai quasiment plus de lymphocytes, et l’efficacité des vaccins ARNm passe par la réponse lymphocytaire comme l’a expliqué ma chercheuse Katalin Kariko. C’est un gros problème que je ne suis sans doute pas la seule à avoir, et dont aucun médecin ne parle », confia l’épouse de Jacques Dutronc.

publicité

publicité

Depuis des années, elle se bat pour l’euthanasie qui n’est pas encore permis en France. Le droit de mourir dignement est un droit essentiel pour la maman de Thomas. On devrait enlever ce droit à personne. Elle affirma : « Je n’ai plus rien qui fonctionne normalement depuis ces thérapies et mes nuits sont pires que mes jours. Il y a toujours pire que ce dont on souffre soi-même. Mais ce n’est pas une consolation». Elle ajouta aussi : « Je ne crois pas que je me lancerais trop vite dans des démarches liées à l’euthanasie. Ne serait-ce que parce que la loi interdit la pratique. Puis, dans mon état de faiblesse et de handicap, ça me serrait difficile d’effectuer des démarches quelles qu’elles soient ».

publicité

Valentin Delepaul

Rédactrice web, j'ai à coeur d'informer mes lecteurs sur toutes les thématiques qui font l'actualité ! Des news people aux informations politiques, je vous tiens au courant de tout ce qu'il se passe dans le monde au jour le jour.