Retraite à l’étranger : un cadeau empoisonné ou un bon plan?

Vous avez toujours rêvez de partir à l’étranger pour profiter de votre retraite? Ne ratez pas la suite de cet article car il peut vous aider.

retraite-a-letranger-un-cadeau-empoisonne-ou-un-bon-plan
©financebuzz
publicité

Beaucoup rêvent de partir à l’étranger pour la retraite. L’occasion d’explorer de nouvelles terres, ou profiter du soleil. Ou encore pour avoir un meilleur pouvoir d’achat dans certains pays. Certains pays proposent des avantages fiscaux mais Philippe Crevel, un économiste, informe des conditions mis en places par ces quelques pays.

publicité

Les précautions à prendre avant de partir profiter de sa retraite à l’étranger

Certains pays tels Portugal, Italie et Grèce offrent des incitations fiscales pour les retraités en acceptant quelques conditions. Cependant, d’après l’économiste, Philippe Crevel, les gouvernements commencent à restreindre ces incitations. Il a aussi ajouté : « ces dispositifs ont entraîné chez eux quelques problèmes. Entre autres, la hausse des prix immobiliers avec la présence des retraités. Ils tentent ainsi de limiter la période d’exonération d’impôt sur le revenu pour les retraités expatriés ». Ces offres sont souvent données pour attirer les retraités mais sont en réalité moins captivantes. D’autant plus, chaque pays sa loi ! Il est possible que les retraités soient obligés de payer plus, suivant les pactes effectués entre États.

Pendant la préparation pour une retraite à l’étranger, il est primordial de vérifier ces quelques précautions. Un rappel du directeur du Cercle de l’Épargne : « Il y a effectivement les aspects administratifs fiscaux, comme la convention fiscale bilatérale passée entre la France et le pays d’accueil, pour n’être imposé qu’une seule fois ». Le Capital a également ajouté que la plupart des pays applique le modèle de convention de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

publicité

« Le fisc peut remonter jusqu’à 10 ans en arrière »

Selon l’économiste, pour être qualifié, «le principe de base est de passer plus de la moitié du temps dans le pays d’accueil », sans oublier la taxation dans le pays d’accueil et la sécurité sociale. La carte européenne de la Sécurité est valide partout dans l’Europe. Cependant, « la couverture est totalement différente si vous choisissez de vous installer au Maroc ou au Royaume-Uni ». Pour une retraite à l’étranger, il est important de se renseigner sur les conditions d’accès à la sécurité sociales du pays sélectionné. Les soins peuvent aussi couter très cher pour les retraités.

publicité

Comme nous venons de le voir, pour être qualifié, il faut être un non résident français. Limitez donc les activités économiques en France pour ne pas être rattrapé par le fisc. L’expert prévient : « pour les activités économiques majoritaires non liées aux pensions de retraite, l’administration fiscale peut considérer qu’il y a un abus de pouvoir. Elle peut alors remonter jusqu’à 10 ans en arrière, s’il y a une fraude volontaire ». Aussi, « dans le cadre d’une rectification d’impôts, elle ne peut réclamer les impôts dus au-delà de 3 ans. »

publicité

Bertrand Gilbertat

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.