Une nouvelle escroquerie arrive en France: méfiez-vous de cette nouvelle arnaque à la baguette dans les boulangeries

Dès que vous sortez de chez vous, redoublez toujours d’attention, car le mal vous guette. Aujourd’hui, les arnaques arrivent de tous les coins possibles. Après les cartes de crédit, les stations d’essence et les assurances c’est au tour des baguettes de servir d’appât.

une-nouvelle-escroquerie-arrive-en-france-mefiez-vous-de-cette-nouvelle-arnaque-a-la-baguette-dans-les-boulangeries
©gazettedunet
publicité

Décidément, les malfaiteurs ne manquent vraiment pas d’ingéniosité. Tout commence par un appel, et sans que vous vous en rendiez compte, vous serez déjà dépouillé. Mais pour cette fois, ce sont les vendeurs de baguette qui sont victimes de ladite arnaque..

publicité

Des boulangeries victimes d’une arnaque !

Depuis maintenant quelques mois, des vendeurs de baguettes se sont plaintes d’une nouvelle forme d’arnaque. En l’espace de quelques mois, plus d’une dizaine de boulangeries affirment avoir fait face à des voleurs sans scrupule. C’est le quotidien régional qui a recueilli le témoignage de ces victimes. Selon les explications de ces derniers donc, les malfaiteurs agissent de la manière suivante.

Pour commencer, ils choisissent une boulangerie et prennent leur contact. Ensuite, ils lancent un appel en se faisant passer pour de gros clients. Ensuite, l’arnaque consiste à persuader les boulangers de leur fournir autant de baguettes qu’ils puissent produire par jour. Puis, ils affirment qu’ils viendront les livrer. Mais voilà, pour faire en sorte que la transaction soit finalisée, ils font appel à des artisans. Ils fabriquent alors un chèque de 3 900 euros. Cette somme est censée recouvrir la totalité des frais de la commande.

publicité

Une arnaque à la baguette bien rodée !

Avec somme, ils expliquent qu’il s’agit en fait d’une somme qui correspondrait aux frais de dossier et de préparation. Tout en leur disant qu’en contrepartie, ils recevraient un chèque bancaire certifié à déposer à la banque. C’est ce que relate en tout cas Christian Martin, vice-président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF).

publicité

Dès que la boulangerie cible envoie alors le chèque, il est impossible de faire machine arrière. Alors que le central commercial, qui est inexact, reçoit les frais de dossier ; il est impossible de récupérer la somme. En effet, il est impossible de retracer le trajet que cette somme a suivi. Lorsque Christian Martin a fait part de cette nouvelle, il a partagé les réactions de certains vendeurs de baguettes victimes de cette arnaque. Complètement dévasté, voilà comment il définit la réaction de ces derniers.

publicité

Bertrand Gilbertat

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.